Dépression chez les jeunes

Plus de 17% des jeunes en souffrent, et ce, sans compter tous les adultes et les cas non « déclarés ». Ils sont parmi nous et parfois nous les croisons sans même nous en rendre compte. Les personnes dépressives sont des gens comme vous et moi qui font ce qu’ils peuvent pour survivre dans une société à laquelle ils s’adaptent mal. Peut-être les considérons-nous comme des faibles ou des lâches, mais ce sont eux les plus forts, eux qui devront passer à travers les plus dures épreuves que la vie réserve à l’être humain.
«Des événements perturbants, des antécédents familiaux de dépression, un manque de soutien familial, une discipline stricte et une attitude négative par rapport à soi-même, au monde et à l’avenir, peuvent tous contribuer à la dépression,» selon l’Institut Universitaire en Santé Mentale du Québec. Cette affliction provoque un profond sentiment de tristesse et de solitude chez l’humain qu’elle habite. Il ressent pour la plupart du temps un néant intérieur sans fond et pesant qui le mène à la lassitude et à l’abstraction du monde et des petits plaisirs qui l’entourent. Les dépressifs vont souvent être portés à s’isoler vu leur manque de désir de renouveau. Le pire pour eux est qu’ils sont souvent conscients de leur maladie et qu’ils n’ont pas la force morale de faire quelque chose, comme suivre des traitements nécessaires et essayer de poursuivre les activités quotidiennes normalement.
La dépression peut s’attaquer à n’importe qui, elle n’est pas discriminatoire. Elle se présente comme un poids qui s’alourdit petit à petit. Souvent, c’est celui qui la porte qui nourrit le plus son état psychologique dépressif, même s’il est majoritairement aidé par des facteurs extérieurs. Cette maladie entre sans crier gare. Par contre, avec un peu d’aide, son hôte peut la faire sortir petit à petit par la porte de derrière. Il peut la maîtriser en prenant quelques pilules et en se faisant soutenir par ses proches. Il n’existe pas de solutions miracles ; néanmoins, je crois qu’il est primordial d’en parler afin de démystifier la dépression et de déculpabiliser ceux qui en souffrent.
Tout le monde peut s’en sortir si nous y mettons tous un effort. Qu’attendons-nous ?

Par Thierry Lefebvre, 5e secondaire, école secondaire Joseph-Hermas-Leclerc

Source: Granby en région

Laisser un commentaire